À la découverte des peintres du XIXème siècle

Le 30 mars 2018, les élèves de 2nde 1 et 2nde 2 de Mme Trajan (lettres) ont découvert les peintures exposées au Musée d’Orsay à Paris. Retour sur leurs impressions et sur leur rapport aux œuvres.

nuage de mots

Nous sommes allés au musée d’Orsay en car. Le trajet a été agréable. Arrivés devant le musée, nous avons pu constater que la visite commençait à l’extérieur, où il y avait toutes sortes de statues. À l’intérieur, une fois la sécurité passée, on nous a équipés d’écouteurs afin de pouvoir suivre les explications de la guide. Lors de la visite, nous avons observé de nombreux tableaux des peintres Millet, Courbet, Monet, Renoir ou Pissarro. Nous avons découvert un mouvement pictural nouveau, l’impressionnisme.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pourquoi aller au musée si l’on peut voir les œuvres en reproduction ?

S’il est impossible de se rendre dans tous les musées du monde, aller au musée est toujours une expérience enrichissante. Ainsi, nous pouvons voir directement les œuvres et nous en faire notre propre avis.

Cependant, le rôle d’une reproduction est important. Elle « reproduit » fidèlement l’œuvre afin que tout le monde puisse la contempler, car elle est beaucoup plus accessible. En effet, une reproduction est plus maniable ; de plus, si on l’abîme, ce n’est pas très grave, alors que l’original est fragile. Ainsi, on peut prendre connaissance des œuvres sans faire de longs voyages jusqu’aux musées où elles sont exposées.

Pourtant, c’est évident ! Ce n’est pas pareil de voir une œuvre dans un livre et en vrai. C’est toujours mieux de découvrir l’œuvre de nos propres yeux et d’être en contact direct avec elle. Lorsqu’on regarde les photos, on n’a pas l’aspect de grandeur : les originaux peuvent être plus grands ou plus petits. On peut remarquer que les couleurs sont plus ou moins lumineuses par rapport aux reproductions vues en classe. Les détails, comme les reflets et les traits de visage de personnages, non visibles sur la reproduction, sont en réalité  fascinants. Aussi, chaque visiteur a un point de vue différent. On peut étudier les toiles pour essayer de les imiter, car le musée est aussi un lieu où l’on peut trouver de l’inspiration…

Bref, aller au musée d’Orsay, c’était vraiment bien ! La guide nous a expliqué en détails le contexte et l’ambiance de l’époque. C’était très captivant. C’était aussi super beau ! Surtout les paysages qui étaient très lumineux.  Pour certains, on aurait dit une fenêtre ouverte, devant laquelle on était complètement absorbé par la contemplation.

Nous remercions Mme Ozeray, proviseure du lycée, Mme Olière, professeure d’anglais et M. Favier-Bouanga, professeur de mathématiques de nous avoir accompagnés.

Article mis à jour en septembre 2018 avec les contributions de :

Colette, Hakima, Emmanuella, Aminata, Chaïma, Leïla, Inès et Bilal.
Compilation et synthèse : Inès Serhane
Nuage de mots réalisé à partir des textes des élèves par Kayliane et Walid
Photographies : Mme Trajan

 

Les TARCU au Quai Branly

Le 16 février 2018, Cécile Decressat (Espagnol), Olympe Routis (Arts appliqués) et Morgane Méneret (professeure-documentaliste) ont accompagné les TARCU à l’exposition du Musée du Quai Branly « Le Pérou avant les Incas ».

le pérou avant les incas

D.R. Musée du Quai Branly – Jacques Chirac

La sortie s’effectue dans le prolongement du projet initié par Olympe Routis autour du programme d’Arts appliqués. En s’inspirant de l’exposition dédiée à Christian Dior et de celle consacrée au Pérou, les élèves de TARCU doivent réaliser la nouvelle collection Été 2019 de Dior. Feuilles, crayons et pastels en mains, ils dessinent les parures et bijoux qu’ils préfèrent et font un portfolio qui les aidera à réaliser leur projet final. 

En parallèle, c’est l’opportunité pour Cécile Decressat de faire écho avec son programme en Espagnol en leur faisant découvrir l’histoire, les croyances et les rites des civilisations précolombiennes.

Le pouvoir aux femmes

La conférencière présente des civilisations péruviennes peu connues du grand public car effacées de la mémoire collective par l’Empire Incas. Elle nous conte l’histoire des Cupisniques, des Mochicas ou encore des Lambayeques basés il y a plus de 1500 ans au pied de la cordillère des Andes, sur la côte nord du Pérou, dans un des déserts les plus arides de la planète.

Les objets trouvés lors des fouilles archéologiques ont permis de rendre compte de la succession de différents pouvoirs politiques et religieux et d’un véritable système étatique. La découverte la plus impressionnante est celle de la momie de la Dame de Cao, une femme de la culture Moche. L’organisation de la sépulture et les objets retrouvés enterrés avec elle permettent de dire qu’elle était dirigeante. Jusque là, les archéologues ignoraient que les femmes des civilisations préhispaniques pouvaient exercer un pouvoir politique. Grâce aux progrès de la technologie et à partir de l’ADN retrouvé, les scientifiques ont élaboré une reconstitution parfaite et à taille humaine de la Dame de Cao.

bty

La Dame de Cao / Musée du Quai Branly – Jacques Chirac

Les élèves reviennent de l’exposition avec de superbes croquis inspirants pour leur projet en Arts appliqués. Et évidemment, qui dit Quai Branly, dit petit passage par la Tour Eiffel !

bdr

Les TARCU devant la Tour Eiffel